histoires coquines de la communauté #edenparty : salles de tchat libertine

Dans la bagnole, je suis une chaude

ENVOYER UN MESSAGE PRIVE SUR LE PROFIL A ADMINEXHIBTV

Les histoires non conformes aux CGU seront supprimées

 Nous filons à travers le dédale des rues, stoppons aux feux quand ceux-ci braquent leur œil rouge. Et quand, moteur à l’arrêt, je prends en filature la marche balancée d’une femme en robe légère, pendant que ma queue coulisse entre des doigts experts… mmmm. Nous passons par-dessus l’Escaut et prenons vers l’est. Je suis les indications de Laurine, ne sais où elle m’emmène. Nous traversons un carrefour, passons devant un panneau « 80 Bruxelles » puis continuons sur la N7. Elle me fait prendre à droite la rue des Bastions, commente : « ça devrait être plus sympa par-là ». Nous sortons enfin de l’agglomération et ralentissons à l’embranchement d’une fourche ; nous bifurquons à droite. La route d’un seul coup se rétrécit, sur l’un de ses bas-côtés se pare d’une haie d’herbe voletante. Nous roulons à présent sur une route étroite de campagne. J’aperçois du coin de l’œil sa tête qui s’abaisse, et se loge entre mon corps assis et le volant.
    Hum, c’est… !! Sensation de chaleur, douceur salivée, mon membre confisqué entre ses lèvres. Oui, cette escapade appelait le couronnement de sa bouche. Nous en avions parlé, et l’idée lui plaisait. Et quand ce matin, prétextant de devoir libérer le studio à dix heures tapantes, elle a suggéré une balade champêtre en voiture, j’ai sitôt pensé à notre conversation.
    Comme il est exquis d’être sucé tout en conduisant, le pied levé de l’accélérateur, un bras tenu à hauteur du volant, les yeux rivés sur un horizon pastoral, délaissant la route pour le balancier de sa tête. Je parcours la campagne, avale le macadam sans itinéraire en tête, focalisé sur l’audience ouverte de sa bouche. C’est une vraie sensation de liberté… un road movie dans un Hainaut sauvage, Easy Rider, les Harley et les redneck en moins… Born to be wild de Steppenwolf, une Amérique profonde et conservatrice, refusant la marche des années soixante. Je me laisse conduire cheveux au vent (euh…) sur un deux cylindres en V, de l’autre côté de l’Atlantique. Bon, j’en fais peut-être un peu beaucoup, mais il n’en demeure pas moins que le moment est bucolique et jouisseur. La campagne tout autour se prête à l’instant, le Hainaut me semble magnifique, un tableau de maître, aux tonalités impressionnistes.
    Après avoir triomphé d’un nouveau virage, je ralentis derrière la queue d’un peloton zigzagant. Devant moi, une procession de cyclistes abrase ses chambres à air sur la piste rurale. Aïe, ils sont en nombre, et comme de juste, la route à cet endroit serpente et tourne bien plus qu’elle ne le devrait. Je double les premiers retardataires, marque un espace avec les vélos. J’entrevois les têtes qui se tournent sur mon passage, mon allure prudente leur donnant tout le temps de lancer un œil à l’intérieur. Oui, la chevelure blonde de Laurine est coiffée sur mon bas-ventre, et son spectacle semble ravir certains des coureurs.
    – Il y a plein de cyclistes ; et tu en as une bonne partie qui te mate.
    Elle remonte son chef et délivre sa bouche : « grand bien leur fasse », me reloge sitôt entre ses lèvres. Je joue avec les Froome, Contador, Indurain locaux, remonte leur file en enchaînant les lacets serrés. J’ai l’impression de concourir une étape de la Flèche wallonne, la soixante-dix-huitième du nom, dans une voiture accompagnatrice, les coureurs attendant leurs consignes en jetant tour à tour un regard par la vitre grande ouverte. Je fixe mon attention sur le ruban pavé, ses lacs serpentant, le cordeau étiré des vélos. L’exercice réclame un peu de métier car la largeur de l’asphalte n’autorise qu’un passage chiche. Je n’ai pas le temps de regarder en bas, mais mes autres sens mmm… la geôle de sa bouche, ses lèvres s’arrogeant ma queue, sans prêter la moindre attention au monde extérieur. Je double enfin le dernier, plutôt le premier des coureurs, et me réapproprie la route. Laurine relève sa tête, un léger frisson d’aile dépitée, de plus amples battements amusée.
    – Eh bien mon cœur !!!! C’est comme avec la lecture… tu es trop concentré.

3 J’aime
Commentaire
16 juillet 2019 à 17:07:26
tres joli

Autre histoire de Adminexhibtv

Les dernières femmes inscrites